Havre de paix au royaume du noir

logo les ancres noiresLe Havre, ce week-end, au milieu des maillots de bain et sous un soleil de plomb.

J’avais la croix et ses petits camarades ont pris le large grâce à : Véronique, Marie-Thé (et son accent du soleil), Margaret, Vincent, Olivier, Maryse, Brigitte & Alain (les B.A.D. d’Octeville), Virginie (pour Yves), Sophie, Brigitte (la n°2, celle de l’Ariège), Antoine, Chantal (à la barre du Paquebot Noir), Françoise, Benoit (le chercheur de jovialité), ma chérie (enfin pas la mienne, le sienne… sa chérie quoi), Catherine (qui me pique mes meilleures répliques en conférence, bravo)*, Denis & enfin Florence (qui s’appelle aussi Jeanne et qui partage mon intérêt pour le quartier des Neiges, affaire à suivre).

Ce périple sur les chemins du bien et du mal avait pour cadre le treizième Salon Polar à la Plage du Havre organisé de main de maître par les bénévoles de l’association Les Ancres Noires qui se décarcassent pour donner vie à un évènement très attendu. Accueil aux petits oignons, gentillesse de tous les instants et bonnes rigolades dans la décontraction, du monde tout le week-end, cette atmosphère si particulière d’une ville à nulle autre pareille, un salon très fréquentable qui chaque année a rendez-vous avec le soleil (si, si). J’ai pas encore dit merci ? Alors un gros merci à tout ce beau monde.

Merci aussi à Philippe Huet pour le parcours de découverte, la chasse à l’automobile sur les escarpements havrais, les anecdotes truculentes et les leçons d’Histoires (les petites et la Grande). Cet homme est une encyclopédie à figure humaine. Une sorte de wikimachin, mais en beaucoup plus sympa. Hervé ne démentira pas.

J’ai aussi croisé au Havre : un concierge caché qui attire néanmoins le rouge à lèvres, des nantais, une webmestre qui lutte d’arrache-pied et avec succès contre la déshydratation des auteurs (si c’est pas de la polyvalence ça !) et la dame qui n’aime pas la fin de mon roman, mais qui ne l’a pas lu non plus (!!??).

compilPour finir en beauté et en musique, un grand bravo à Léa, Laura, Benjamin, Kélian & Roman. Les « Bummers » de la C.H.A.M. du collège Joliot Curie que je n’ai, hélas, pas eu le plaisir de croiser pendant ce trop court séjour et qui ont brillamment mis en musique et interprété Paradis Immobiles. Texte de votre serviteur écrit pour la 13e compilation des Polaroïds Rock.

* Bon, je viens de prendre un coup de règle havrais sur les doigts alors mieux vaut avouer que Catherine cite ses sources (sinon va y avoir représailles)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.