Fait divers printanier

Un correspondant anonyme (si, si, je vous jure, je n’aurais jamais cru recevoir un jour un mail anonyme avec un pseudonyme énigmatique et bien c’est fait) a attiré mon attention sur un article du Dauphiné Libéré du 29 mai 2016 qui, photo à l’appui, informe les incrédules des faits suivants :

roche veyrandroche veyrand2

Quand on sait :

1/que mon roman, J’avais la croix, démarre sur un fait divers lié à un coupeur de croix du Massif de Chartreuse (je précise : un faits divers inspiré de la réalité, les  sommets de Chartreuse ont déjà été par le passé la cible de coupeurs de croix. Je n’ai sur le fond rien inventé)

2/que Gabriel Lecouvreur dit le Poulpe débute son enquête sur ce même sommet de la Roche Veyrand qui se voit privé de sa croix en mai 2016 (fort bel ouvrage au demeurant, le Poulpe trouve qu’il évoque un lierre grimpant ou un tire-bouchon géant tendu au-dessus des vignes du Seigneur),

3/que mon mystérieux et anonyme correspondant a choisi Pieuvre comme pseudonyme.

On peut s’interroger sur les hasards et les coïncidences. Nous sommes bien d’accord, je ne soutiens, ne cautionne ou n’encourage rien ni personne. Mais je ne peux m’empêcher de laisser monter un demi-sourire à l’idée que quelque(s) olibrius courageux (je suis monté à la Roche Veyrand, ce n’est pas le Cervin ou le Mont Blanc, mais quand même ça monte un peu) puisse(nt) se taper la montée à la seule idée de ramener le sommet à des proportions plus laïques.

Je ne connais pas les responsables du tronçonnage, j’ignore l’identité de mon informateur. La seule chose que je souhaite, c’est que cette polissonade ne prenne pas les proportions tragiques que j’ai pu donner à mon œuvre de fiction.

Publicités

Premier pas

Samedi 21 novembre, à partir de 14 h 

PremCouverture Caminarière sortie pour Caminar, en visite à la toute 1ere couv_definitive_javaiscroix_chappey_poulpe_baleine_aout14nouvelle bibliothèque de Dullin (73). On causera de littérature jeunesse, de polar, des pratiques d’écriture. Bien-sûr, J’avais la croix sera de la fête pour parler du Poulpe.

On s’amusera même à mener l’enquête tous ensemble pour résoudre des énigmes faites maison.

bibli

Retour en grâce

Après le silence assourdissant du quotidien régional qui a suivi la sortie de J’avais la croix, il y a (déjà !) presque un an et grâce à l’attention d’un correspondant plus curieux que les autres, un beau billet dans le DL du 20 septembre sur mon premier roman et quelques indices sur le suivant. Merci à Salvatore Monte.

dauphiné couv sept 2015

Ce fut sanglant

Samedi 12 septembre, le salon Sang Pour Sang Polar s’installait aux Avenières (38). Une nouvelle excuse pour parcourir les chemins du bien et du mal et l’occasion de belles et riches rencontres.
Un grand merci à Simone, Maryline & Yann, Nathalie, Monique, Gisèle, Dominique, Ginette, Marie Christine (et ses souvenirs de Chartreuse), Annie, Philippe 1er, Philippe le 2nd , Jean-Robert, Andrée, Simone, Marie-Hélène et aux bibliothécaires qui sont repartis avec la ferme intention de parcourir les sentiers rocailleux en compagnie de Gabriel. Les échanges autour du livre furent fructueux et ouvrirent de nombreux horizons. C’est souvent le cas, mais je ne m’habitue toujours pas.
Une journée polar placée pour moi sous le regard bienveillant des randonneurs de tous poils avec mentions spéciales à Antoine Salvi, une figure dont la renommée a dépassé les frontières du Massif de Chartreuse et à son complice Gérard Barré qui poursuit son travail d’information phénoménal sur les itinéraires de traverse.
Un oiseau de nuit s’est attardé sur l’épaule de quelques auteurs, on suivra avec intérêt les impressions du hibou Denis Arnoud sur son blog
Mais bien-sûr, cette journée n’aurait pu se dérouler sans la tribu des discrètes petites mains. Un grand merci  :

aux bibliothécaires de Veyrins-Thuellin, Corbelin, Saint-Chef, Vézeronce-Curtin, Brangues et Les Avenières qui étaient sur le pont et représentaient dignement leurs lecteurs.

aux bénévoles de l’association Sang Pour Sang Polar aux petits soins pour les auteurs et les visiteurs et à ceux du centre Jean Bedet qui permirent aux nourritures terrestres de rejoindre celles de l’imaginaire.

Sang Pour Sang Polar, le petit salon qui deviendra grand.

spsp 2015                                   Brochette d’auteurs aux poulets (mais pas que) qui attendent de pied ferme l’ édition 2016 de SPSP (Photo F. Andréi)

Hémoglobine

web1Samedi 12 septembre, aux Avenières (38), j’aurai le plaisir de rencontrer les lecteurs amateurs de polar au troisième Salon Sang Pour Sang Polar (SPSP pour les intimes). J’y serai en très bonne compagnie puisque seront également présents Gaëlle Perrin, Olivier Norek, Pierre Pouchairet ainsi que Frédéric Andrei compagnon de croisière des Pontons Flingueurs.

Programme, horaires et détails sur le site de l’association ou la page FB.

Sang Pour Sang Polar

Sang Pour Sang Polar FB

 

De la hauteur sur les choses

Dans le Massif de Chartreuse, le Poulpe (le personnage) s’était déjà tapé les 1200 m de dénivelé à la force du stylo pour gravir le Grand Som, l’auteur l’avait fait à plusieurs reprises (tout bêtement à la force du mollet), mais le Poulpe (le livre) n’était jamais, à ma connaissance, allé se balader là-haut. Grâce à un sac à dos conciliant, c’est chose faite un an presque jour pour jour après sa parution. Histoire de fêter dignement cet anniversaire, il a posé sans vergogne devant les paparazzi déchainés pour certifier l’événement.

Une première fois en surplombant le panonceau pour révéler au monde entier la coquille du premier chapitre (les puristes apprécieront).

Attestation de présence

Une seconde fois au pied même de la croix où il s’est senti tout petit (ça doit quand même faire du boulot de balancer un grand truc comme ça par terre).

Croix Grand Som

Une troisième pour ceux qui croyaient que l’histoire du panorama en relief pour non-voyants était une blague.

Panorama 3D

Et puis lassé de tant d’agitation, il est rentré chez lui.

Faut reconnaître, c’est du brutal

affiche pontonsLes Pontons Flingueurs :

Samedi 27 juin, sur le lac d’Annecy, Le cygne, fière embarcation affrontant la traversée, aura la puissance de feu d’un croiseur et des flingues de concours :

Patrick Raynal, Jean-Bernard Pouy, René Frégni, Patrick Guillemin, André Blanc, Bertrand du Chambon, Pierre-Jean Lancry, Serge Joncour, Christian Bindner, Jacques Dallest, Sandrine Colette, Philippe Georget, Jérôme Leroy, Jacques-André Bertrand, Frédéric Andréi, Michel Lapierre, Dominique Manotti, Philippe Jaenada, Pascal Thiriet, Pierre Alary, Hugues Labiano, Max Cabanes & Bibi.

Tout le week-end, du beau monde sur les pontons et ailleurs pour prouver que si on bricolait plus souvent, on aurait moins la tête aux bêtises.

Programme Les Pontons Flingueurs 2015.

…et puis René Fregni en parle tellement mieux que moi :

René Frégni : Les Pontons Flingueurs

Le festival le plus déjanté que je connaisse, et j’en ai fait depuis trente ans… Des flingues et des stylos dans tous les coins, de grands crimes littéraires et des petits dessous qui poussent à tous les crimes, des repas entre amis, de l’humour sur tous les pontons, des bateaux blancs bourrés de mots, de poésie et de mystères, l’émeraude d’un lac et les rencontres d’un soir ou d’une vie. Quand on a mon ami René comme capitaine, il faut s’attendre au pire et le pire, comme dans tout bon polar, est chaque année le meilleur. ça commence jeudi avec le roi de l’évasion et personne ne peut dire où ça mène… Les grandes portes du crime s’ouvrent sur trois jours de bonheur !

Double Polar

Pour moi, ce sera :

Librairie Majolire de Bourgoin-Jallieu le matin

Librairie Majolire de L’Isle d’Abeau l’après-midi

majolire journée polar
* La coquille « staf crux » en lieu et place de « stat crux » me poursuit depuis Isère Magazine, je n’en suis pas responsable… ce sont des choses qui arrive quand on copie-colle.
** Aïe ! Un coup (amical) de règle sur les doigts de la part de Laure (Majolire Bourgoin) qui souligne qu’à trop regarder la paille dans l’œil du voisin, on en oublie la poutre qui est dans le sien.
Je copie 100 fois : Ce sont des choses qui arrivent et je reviens…

Union sacrée

Faisant fi des anciennes querelles, Isère et Savoie sont tombés d’accord ce week-end pour décider le Poulpe à poursuivre ses itinérances.

De Chambéry à Cras, un grand merci à John (au plaisir de partager un autre moment de plume), Josette, Jacques et Manou, le commissaire Marc Maigret (bateleur repenti que tout auteur a souhaité avoir un jour devant sa table), Marie-France, Sébastien (qui augmente périlleusement, mais courageusement la hauteur de sa PAL), Raymond et Françoise, Pascal et Monique, Valérie, Catherine, Françoise (joueuse de l’homonymie), Esteban, Mamie Nanie, Marie-José (sans e s’il vous plait), Alain et Roseline, Laurent et Pascale qui , tous, ont mis leurs forces vives au service de cette petite entreprise.

fetedulivre cras 2015dédicace festival1er romanUn nouveau voyage sur les sentiers du bien et du mal qui n’aurait pas été possible sans la librairie Garin de Chambéry, la librairie Le marque page de Saint-Marcellin et tous les bénévoles de la Fête du livre policier de Cras/Morette/Poliénas

Offside

fest garinAprès le off de Quais du Polar (grâce à l’invitation d’un libraire qui fait le boulot sur les pentes de la Croix Rousse : La Librairie Un Petit Noir), voici venu le temps de glisser un orteil dans la porte de la 28e édition du festival du premier roman de Chambéry, toujours en off…

Ce qui est amusant quand on sait que les littératures de « genres » n’y sont pas sélectionnées…

C’est l’après-midi, le vendredi 29 mai, au Chapiteau Livres, place Saint-Léger, Chambéry. Mais après, tout le reste du weekend, vous pouvez aussi  aller rencontrer de vrais auteurs.

Merci à la Librairie Garin de Chambéry