Évalie lit

Voici ce qui arrive quand on propose Caminar à une jeune lectrice insatiable qui : 1/ porte le prénom d’une héroïne de roman (Les habitants du mirage d’Abraham Merrit) 2/ n’a pas sa langue dans sa poche :

 

Mr Chappey,

Une très belle histoire avec des mots très justes. Je crois que c’est ce que je vais le plus retenir : les mots que vous avez réussi à hyper bien placer (cf « le millefeuille de couillons » au tout début du livre, j’ai adoré).

Même si, au début, je n’ai pas trouvé l’histoire exceptionnelle, lorsque je l’ai terminée, j’ai changé d’avis. C’est une histoire très touchante et le personnage du grand-père est juste génial ! Vraiment… je n’en attendais pas moins de vous ! À quand la suite ?

Évalie G.

Merci Mademoiselle.

 

Publié dans C'est celui qui lit qui dit, Caminar | Tagué , , , | Laisser un commentaire

J’étais un auteur jeunesse bénévole

Pendant plus de huit mois, j’ai écrit mensuellement à mon éditeur Bertil Hessel pour demander le versement de l’à-valoir prévu par contrat sur les ventes de Caminar aux Éditions Oskar. Mes courriers s’ils n’étaient pas cérémonieux restaient toujours cordiaux et polis. Je recevais des réponses (quand j’en recevais) toutes aussi cordiales et polies, mais jamais accompagnées du versement.

Caminar, mon roman jeunesse, s’il ne rencontrait pas le succès, recevait un bon accueil, il était même sélectionné pour le prix Chronos 2017.

Bref tout se passait bien, j’étais un auteur jeunesse pas payé mais gentil, j’avais un éditeur jeunesse pas payeur mais courtois.

Mais au fil des jours, j’ai croisé des auteurs édités chez Oskar. Certains payés très en retard, d’autres pas payés du tout et depuis plus longtemps que moi. Le phénomène n’était apparemment qu’un secret de polichinelle et pas restreint à mon humble personne, pourtant malgré le grand nombre d’ouvrages publiés par Oskar Éditions chaque année, il perdurait.

Ici petite pause : pas de généralités ni d’amalgames, on ne met pas tous les éditeurs dans le même panier, on est d’accord.

Alors un jour, j’en ai parlé sur mon site d’auteur (Je suis un auteur jeunesse bénévole). Je ne parlais pas des autres auteurs concernés, je n’exposais que mon cas personnel. Comme je n’ai pas l’habitude d’agir dans l’ombre, j’ai envoyé le lien à Bertil Hessel, mon éditeur jeunesse. J’ai aussi utilisé une partie de mon tout petit carnet d’adresse pour inviter les gens à visiter le site (il n’est pas monétisé, mais l’inflation du nombre de vues a suffi à flatter mon ego).  Il y eut quelques réactions sur des listes de diffusion, sur un réseau social, des échanges de mail. Certains tombaient des nues, d’autres déjà au fait ne s’en étonnaient pas. Rien de bien impressionnant, un tout petit bruit, même pas un minibuzz. L’étourneau que je suis n’avait pas provoqué le branle-bas dans Landerneau.

Et là ! Coup de théâtre ! Le 3 avril, deux petits jours plus tard… enfin !

Un ordre de virement bancaire émanant des Éditions Oskar, celui que j’attendais depuis un an, deux mois et quelques jours. Mon à-valoir !

J’étais payé !

640.78 € (enfin, pas encore des vrais sous, hein ! … seulement le papier qui disait que j’allais les avoir), mais bon, payé quand même ! Presque payé quoi **. Donc presque content.

Et viré.

Dans le même courrier, Bertil Hessel m’avisait que (je cite) …suite à votre demande de paiement (justifiée), ainsi qu’à votre alerte publique sur Internet…  il m’adressait également un document de restitution des droits d’édition de CAMINAR qui mettait fin à notre collaboration au 31 décembre 2017.

Et bah croyez-moi si vous voulez, mais j’ai trouvé ça bien, cette franchise désarmante. Pour la première fois depuis la signature du contrat, c’était limpide, je comprenais enfin où j’avais mis les pieds… enfin le stylo.

Moralité (à l’usage des auteurs en attente de paiement chez Oskar Éditions) :

Réclamer (pas trop fort) c’est bien,

le faire savoir c’est mal.

*Illustration : Les Trois frères de Bernard Campan et Didier Bourdon, 1995.

**Le premier ordre de virement du 3 avril 2017 n’était pas provisionné… Après un nouveau rappel de ma part et un second ordre de virement, l’à-valoir de mon roman Caminar m’a été payé le 4 mai 2017… 18 mois après la date de parution. Prochain épisode, l’arrêté des comptes prévu pour fin juin 2017. A suivre…

Publié dans Caminar, Quel Univers ? | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Je suis un auteur jeunesse bénévole

Résumons : un auteur (moi) signe un contrat de publication avec un éditeur (Oskar) en juin 2015. Le contrat stipule que l’auteur recevra un à-valoir de 700 € (634.82 € après paiement des cotisations Agessa) au plus tard le 31 janvier 2016, trois mois après parution de l’ouvrage. L’éditeur s’engage à produire un arrêté des comptes chaque 31 décembre des années suivantes (état des ventes pour éventuel versement de 5 % de droits d’auteurs : 66 centimes par livre vendu au-dessus de 1000 exemplaires).

Un contrat d’édition très classique pour un ouvrage de littérature jeunesse.

Ce billet pourrait être un poisson d’avril. J’aurais aimé qu’il en soit un. Mais aujourd’hui 1er avril 2017 et malgré mes relances épistolaires mensuelles auprès de Bertil Hessel, responsable des Éditions Oskar et des promesses de paiement réitérées, 1 an 2 mois et 1 jour après l’échéance, le bilan est simple : RIEN.
Ou comme pourrait dire en Béarnais, le personnage de Caminar, l’ouvrage publié chez Oskar Éditions : ARREN ! Pas de versement de l’à-valoir. Pas d’arrêté des comptes. 0 €

Caminar est sélectionné pour deux prix littéraires en 2017, il est toujours disponible en librairie.
Les lecteurs achètent ou ont acheté un livre, l’auteur n’a pas été payé pour l’écrire.

*L’affiche détournée est celle du film d’Isabelle Czajka, D’amour et d’eau fraîche, août 2010. Toutes mes excuses à elle, no harm intended.
Publié dans Caminar, Quel Univers ? | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Éloquence juvénile

Caminar épinglé par

le Club Jeunes Lecteurs de la Médiathèque Georges Brassens d’Avrillé (49)

 

« Roman original sur les relations fortes qui peuvent se nouer entre une adolescent et son grand-père. De belles pages sur la nature et plus particulièrement sur la montagne lors des randonnées des deux protagonistes : on est dans les Pyrénées. Une belle écriture proche des sentiments des personnages. »  Florence B.

Merci Florence.

Publié dans C'est celui qui lit qui dit, Caminar | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Cervicalgie

Pour entrer un peu dans mon univers, de temps en temps, une image en guise de récréation.

Cervicalgie

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons AttribuLicence Creative Commonstion – Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Publié dans Quel Univers ? | Tagué , | 2 commentaires

L’Ossau

Le pic du Midi d’Ossau est un sommet emblématique. LE sommet du Béarn (2884 mètres quand même). Il est également un personnage à part entière de Caminar mon roman jeunesse où d’ailleurs on dit l’Ossau (avec une majuscule dans la voix). Pour se faire une petite idée de l’ascension réussie par les deux héros du roman, Peirot et le Pépé, sans quitter son fauteuil, on peut maintenant s’y balader virtuellement. C’est parti pour le chapitre 18 en 3 D.

Vam caminar !

pic-du-midi-dossau

Publié dans Caminar, Itinérances | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Lendemain de fête

Pour entrer un peu dans mon univers, de temps en temps, une image en guise de récréation.

Lendemain de fête
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Licence Creative CommonsPas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Publié dans Quel Univers ? | Tagué | Laisser un commentaire

Egoportrait

Mon hyperactivité sur le Livredesvisages, Instamachin et autres petits oiseaux bleus n’a échappé à personne…

Je ne fais pas étalage de mes goûts alimentaires, musicaux, littéraires. Je n’inonde pas la toile de photos ou vidéos pour clamer comment, quand et où j’occupe mes loisirs. J’épargne à mes amis la peine de s’extasier à grand renforts d’onomatopées, de signes de ponctuations et de pictogrammes. Étant d’un naturel économe, je veille à conserver la même taille de chaussettes ou de couvre-chef.

Néanmoins…

zonelivreLe site Zonelivre.fr trouve mes efforts d’intégration sociale insuffisants et propose d’autres pistes sur le mode des questions réponses. Pour les irrécupérables qui éprouveraient encore le besoin d’en savoir plus, cela se passe ici. Pour les réclamations, s’adresser à Jérôme Peugnez, le taulier de Zonelivre.

Publié dans Quel Univers ? | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Coup de Cœur Landais

coups-de-coeur-marsanIl est toujours plaisant de découvrir que Caminar suscite un coup de cœur. Ici, c’est le tour de la Médiathèque du Marsan.

Avec une lecture qui colle au plus prêt de mes intentions d’écriture. Comme quoi, il y a des jours où on se dit qu’on n’a pas travaillé pour rien.

Merci.

aurelie-marsanCouverture Caminar

Publié dans C'est celui qui lit qui dit, Caminar | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Presque

Pour entrer un peu dans mon univers, de temps en temps, une image en guise de récréation.

PresqueCette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons AttribuLicence Creative Commonstion – Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Publié dans Quel Univers ? | Tagué | Laisser un commentaire